Je l’aime…

Il est grand, 1m60 quand même, ça peut paraître peu pour vous mais pas pour moi.
Quand je repense à ceux que j’ai connus avant… je sens bien la différence !

Il est fort. On sent tout de suite qu’il est solide, que l’on peut se reposer sur lui sans crainte.
C’est important. Quand on est jeune, l’instabilité amuse, mais avec l’âge, les enfants… On apprécie moins.

Il est chaleureux.
Toujours là, toujours prêt à m’accueillir, me réconforter, me soutenir, je me blottis contre lui, et ce, même lorsque je suis fatiguée ou même malade.
D’autres pourraient m’envoyer sur le canapé, lui non. Il est là, toujours.

Quand je ne suis pas là, lorsque nous ne partons ne serait-ce que quelques jours, il me manque.
Au point d’avoir du mal à trouver le sommeil les premiers jours, j’ai même mal parfois… puis je m’habitue.
Mais j’ai toujours hâte de le retrouver à mon retour !
Son odeur, sa chaleur, son côté tendre et solide à la fois.

Ah j’oubliais !
Je peux lui confier pleins de choses ! Importantes ou pas, des souvenirs, il garde tout pour lui précieusement.
Et ça c’est vraiment exceptionnel ! Peu le font !

Nous ne passons pas assez souvent de longs moments ensemble.
Surtout maintenant que nous avons des enfants, ou alors rarement en tête à tête.
C’est différent quand nous ne sommes pas seuls…

Nous passons ces instants à lire, écouter de la musique, regarder la télévision parfois, ou juste à dormir.
Il ne s’en lasse pas, jamais.

Aujourd’hui, si j’écris cet article, c’est parce qu’à l’heure qu’il est, j’ai envie de tout quitter pour le rejoindre.
Mais je ne peux décemment pas laisser mes enfants, un mercredi en plus, pour aller me recoucher.

Alors j’attendrai ce soir, pour aller retrouver celui avec qui je partage mes nuits : mon lit.

 »

Quand je dis qu’on peut lui confier plein de choses… et qu’il y en a peu qui le font !

Publicités

9 réflexions sur “Je l’aime…

  1. En lisant ce s phrases on dirait qu’on parle de soi ,félicitation aux personnes reconnaissante .Il faut avoir une bonne éducation pour savoir aimer son prochain,car il seule main ne peut applaudir

    J'aime

  2. Ce n’est pas le chien le meilleur ami de l’Homme, mais son lit.
    “Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre.”, disait Blaise Pascal.
    Proust écrivait dans son lit, et Alexandre le bienheureux y exprimait sa révolte.
    Les bonnes nuits font les bonnes journées.

    J'aime

    • Oui mais qu’on ne voit pas assez souvent 😉
      En ce qui me concerne j’ai toujours trouvé que dormir était une perte de temps,
      jusqu’à je sois enceinte de mon premier et que je passe mes journées à dormir et à adorer ça…
      C’est nul quoi… La passion dura quelques mois seulement 🙂

      J'aime

      • Moi j’ai toujours aimé dormir…j’ai fait mes nuits dès ma naissance (!), j’ai fait la sieste tard (4/5 ans à la maison), dormir 12h d’affilée ne me faisait pas peur jusqu’à ce que j’accouche…quand j’attendais mon deuxième je suis devenue insomniaque une horreur 😦 depuis je cafouille côté sommeil, même quand les mômes me laissent dormir O_o

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s