Mardi tout doux #14

Un mardi anniversaire (avec un peu de retard)

Le 31 janvier, mon grand nain a fêté ses 6 ans. 6 ans !!!
Il attendait depuis des mois ce grand jour, nous avons fait au mieux pour que cette journée soit belle !

Nous avons commencé par une tartine anniversaire et un premier cadeau…

20150131_081502 20150131_082701

Nous avons ensuite préparé l’anniversaire avec les copains !

J’ai « bricolé » une pinata : j’ai trouvé sur internet un certain nombre de techniques. J’ai opté pour la plus simple car je ne m’y suis pas prise suffisamment tôt pour la faire entièrement de mes petites mains.

20150130_134906

J’ai donc acheté un luminaire en papier qui ne coûte presque rien, deux couleurs de papier crépon, un tube de colle liquide, du ruban et de quoi la garnir. Il suffit ensuite de couper des bandes de papier crépon, couper des entailles sur la largeur et le dérouler tout en le collant sur le tour de la boule en papier. Un disque de papier pour fermer le bas de la boule, y faire quelques entailles pour glisser des rubans/fils sur lesquels les enfants tireront pour libérer le trésor !

Je regrette de ne pas avoir pris des photos du déroulement des opérations mais tout est allé très vite.

Pour le contenu, j’ai fait des folies… des ballons, des bonbons, de faux billets et surtout… des confettis !

Inconsciente ! J’en retrouve encore aujourd’hui dans le salon…

20150131_153034

Je crois que les enfants ont adoré !

Et pour finir cette longue journée, dîner avec grands-parents, oncle paternel et sa chérie, tous venus de Paris pour le weekend. Fin de journée plus difficile, la fatigue se faisait sentir…

20150131_224252

Mon grand garçon était ravi, il a été plus que gâté et a enfin eu les Lego Chima dont il rêvait depuis… 2 ans !

Moi qui appréhendais un peu l’après-midi avec près de 10 monstres, j’ai passé un super moment, c’est passé très vite mais heureusement nous avons pu faire des jeux à l’extérieur…

Mais 6 ans !!!

Voilà pour ma contribution aux Mardis tout doux, retrouvez celle de Maman@home !

Publicités

Retrouvailles…

Sortez vos torchons, article-émotions !

Depuis le temps que nous n’avions rien partagé tous les deux…

Avec la routine, nous avons tous une fâcheuse tendance à oublier la chance qu’est la nôtre d’avoir de vrais amis, à nos côtés au quotidien.

Je parle d’amitié mais la question est plus vaste qu’une simple amitié.

Je m’en rends compte aujourd’hui, après 6 mois sans se voir vraiment, sans partager même un simple moment de complicité, sans se rendre service, sans rien. Du tout.

J’ai beaucoup pensé à lui pendant les fêtes. Il m’a manqué. Tellement…

Je profitais des longues corvées de vaisselle pour penser à lui. Très fort.

Eponges

On ne s’aperçoit pas forcément de la quantité de vaisselle qu’on n’utilise pendant ces périodes. Entre les repas de famille pour lesquels le nombre de convives est multiplié par le nombre d’assiettes par personne et par repas et pire, le nombre de verres, auxquels il faut ajouter les ustensiles divers et variés utilisé pour préparer ces festins !

J’ai donc eu bien du temps pour penser à lui…

Et récemment, début janvier, nous nous sommes retrouvés. Ce fût un peu difficile de revenir instantanément à la relation que nous avions, nos habitudes, nos réflexes. Il a semblé moins heureux que moi au commencement mais finalement j’ai eu le dernier mot. Je l’ai reconquis en quelques sortes.

Et depuis, chaque jour, même plus parfois, nous passons de bons et chaleureux moments ensemble.

Je lui apporte tout un tas de choses et il me les rend bien, mieux encore.

Une belle relation, une vraie complicité. Un travail d’équipe.

Grâce à lui, je gagne du temps et j’ai les mains douces (j’ai tendance à avoir la peau sèche, surtout l’hiver avec le froid et le vent…)

Enfin voilà, tout ça pour voir dire que je suis ravie et pour rendre une sorte d’hommage à mon… lave-vaisselle ! 😉

 

 

 

 

 

Noël hier, Noël aujourd’hui.

Je ne me souviens pas de Noël à 5, à l’exception d’un jeu de petits chevaux, avec lequel je me rappelle avoir joué avec mon papa. Probablement l’un des derniers Noël auquel il a assisté.

Je me souviens ensuite que chaque année, tout se passait à peu près de la même façon.
Une vraie tradition en quelque sorte, notre tradition.

Nous nous retrouvions autour de maman,
dans un mélange de récits de nos petites vies respectives.
Cheminée allumée, sapin décoré avec ma sœur.
Je choisis mes flûtes préférées dans l’armoire,
de jolies flûtes en verre, gravées.
Je les ai d’ailleurs récupérées en souvenir de ces précieux moments.

Maman en cuisine,
Mon frère arrivera plus tard, il travaille.
Chacun avaient prévu ses cadeaux pour les autres et les déposaient au pied du sapin avant de prendre l’apéritif.

Mon frère me taquinait, essayait de regarder à qui s’adressait chaque paquet.

A l’époque, chacun cherchait de son côté ce qui pourrait plaire aux autres.
Il me semble qu’il n’y avait pas les mêmes préoccupations de budget et de crainte que ça ne plaise pas aujourd’hui.
Chacun offrait ce qu’il pouvait, en essayant de faire au mieux,
et il y avait de vraies surprises à l’ouverture des cadeaux.

Après un apéritif devant la cheminée, nous dînions dans la salle à manger de cette si belle maison de mon enfance.

L’ouverture des cadeaux se faisait à l’apéritif ou après le dîner.
Puis, minuit passé, nous allions nous coucher, repus et satisfaits.

 

20141213_104158

 

Je me rends compte aujourd’hui de l’importance de ces moments, de leur qualité, de leur singularité.
Grâce à ce qu’il m’en reste aujourd’hui.

Ils font partis des souvenirs de notre « tradition familiale » à nous, après le décès de mon papa, nous nous sommes créé notre propre tradition de réveillon de Noël, qui soude une famille.

Le 25 était différent, nous allions la plupart du temps chez mes grands-parents, avec oncles, tantes et cousins. Une autre ambiance, familiale aussi, mais plus large.

Maman nous a offert ça, et c’est ce que j’aimerais transmettre à mes enfants.

C’est aujourd’hui que je suis maman à mon tour, que je me rends compte comme c’est difficile.
J’essaye d’inventer des “rituels de Noël”, qui pourraient revenir chaque année.

Mais à vouloir trop en faire est-ce qu’on en perd pas un peu de magie?
Je me dis que mes enfants sont encore petits,
que c’est en grandissant qu’ils se rendront compte eux aussi.

Donc je m’efforce, malgré la nostalgie de cette période de l’année, et la peur qu’ils n’en gardent rien, de leur faire partager un peu de cette magie de Noël.

Aujourd’hui, la magie de mon enfance a laissé place à la magie de voir leurs yeux briller devant les décorations, à la simple évocation du jour J qui approche à grand pas et de la venue tant attendue du Père Noël…

Aujourd’hui, Noël n’a d’autre but que de leur permettre de rêver, et de voir leurs regards émerveillés en découvrant les cadeaux tant espérés.

Et à bien y réfléchir, n’est-ce pas ça le plus important?

Les laisser vivre les choses comme ils les ressentent eux, pour qu’ils se souviennent avec leurs yeux, leurs émotions…

Ils se souviendront peut-être que papa essayait en vint de caler le sapin bancal, que maman passait un temps fou dans la cuisine 2 semaines à l’avance pour préparer la bûche elle-même, de ce robot (pas beau) qu’il espérait tellement, de cette poupée qui a surtout fait plaisir à maman…

Et finalement, peu importe, le temps fera son oeuvre, du moment qu’ils se souviennent…

 

C’est un fait…

On me dit que mon Bébé rose me ressemble quasi chaque jour.

Je la trouve tellement mignonne que je suis un peu gênée.

Moi j’ai surtout trouvé qu’elle ressemblait à ma maman.

En même, je ressemble à ma maman aussi apparemment.

Il y a comme une logique dans tout ça non ?

Bref, toujours est-il qu’hier, cherchant une photo de moi bébé à publier sur Facebook pour répondre à une nomination ( de ma belle-sœur ! ),

je suis tombée de ma chaise en revoyant ces photos.

Je vous laisse juger par vous-même :

Alors, ressemble ou ressemble pas ?

Gourmandise de la semaine #5

Il y a un moment que je n’avais pas publié de recette, non que je n’en réalise pas, mais le temps me manque…

Je me suis lancée il y a quelques semaines dans la réalisation de chouquettes, une première !

Plutôt satisfaite, mais grosse déception lorsque, les ayant préparées le dimanche après-midi pour l’atelier d’écriture du lundi, je me suis aperçue le lundi matin que les grains de sucre avaient complètement fondu…

C’est pourquoi pour ma deuxième tentative, je les ai faites le jour J.

J’avais promis à mon nain d’en préparer pour sa maîtresse ( à qui il avait du dire que j’avais fait des chouquettes, et qui lui avait répondu qu’elle aurait bien aimé en avoir pour accompagner son café 😉 ) donc ce matin, motivée, j’avais mis mon réveil à 6h15 pour préparer les fameuses gourmandises.

Dommage, je ne peux pas partager l’odeur…

Je vous laisse donc découvrir la recette, je me suis basée sur la recette de pâte à choux de Christophe Felder :

Ingrédients ( pour environ 60 chouquettes )

12,5 cl d’eau
12,5cl de lait
1 cc rase de sucre semoule
1 cc de sel fin
115 g de beurre en morceaux
140 g de farine tamisée
4 œufs entiers + 1 pour la dorure
Sucre à chouquettes ( en grande surface )

1. Versez l’eau, le lait, le sucre et le beurre en morceaux dans une casserole et portez ce mélange à ébullition.

2. Ôtez la casserole du feu et ajoutez la farine. Remuez énergiquement jusqu’à incorporation complète de la farine.

3. Réchauffez ce mélange sur feu moyen afin de dessécher la pâte.

4. Incorporez les œufs un à un à l’aide d’une spatule en bois afin de régler la consistance de la pâte : la pâte ne doit être ni trop molle, ni trop dure, on doit faire un ruban en soulevant la spatule.

5. Sur une plaque, réalisez de petits choux espacés de 2 cm ( la poche à douille est votre amie ? moi oui ! )

6. Dorez les choux à l’œuf battu, à l’aide d’un pinceau, et collez des grains de sucre sur chacun d’entre eux.

7. Enfournez environ 20 min à 180°.

ATTENTION: ouvrez l’oeil, ne les abandonnez pas trop longtemps en cours de cuisson car ça va très vite ! Il suffit de 17/18 min pour mon four, 20 seront trop. A vous de juger selon le vôtre !

J’ai modifié un petit peu la recette à ma façon. A vous d’en faire autant si nécessaire.

ATTENTION 2 : ne les goûtez pas à la sortie du four, non seulement ça brûle, mais en plus vous risquez d’être étonné car elles vous sembleront peut-être salées. Une fois froide, elles seront sucrées 😉 Elles sont magiques en quelque sorte ! ( Mais j’ai bien dit de gros grains de sucre, si vous mettez du gros sel, elles resteront salées 😉 )

A vous de jouez !

 

 

Délire du soir… rasoir ?

Il est 22h50, je suis sous ma couette, je viens de regarder des histoires de télé-pâtissiers tout en me sentant bizarre. Je ne sais pas comment, je le qualifie de : pffffffffffffffffffff. Voilà. Comprenne qui pourra. Ou sauve qui peut.

Toujours est-il que mon petit cerveau tourne donc sans que je n’identifie une raison à ce remue-meninges. Et ça m’énerve.

Il en existe des choses comme ça qu’on ne s’explique pas. Enfin moi. Pas vous ?
C’est un cercle vicieux, ton cerveau travaille tout seul donc tu te sens obligé de l’accompagner dans son délire sans bien comprendre le pourquoi du comment. Parfois tu t’énerves, donc ça accélère, et tu fatigues. Mais tu ne peux pas dormir puisque ton cerveau lui est en pleine action. Ou alors, tu délires et vous vous éclatez. En admettant que tu ne délires pas seul, bien sûr. Sinon c’est triste…

moi bébé

Enfin voilà, si vous ne le saviez pas encore, cette fois, c’est fait. Je suis maboule, siphonnée, secouée, pas toute seule dans ma tête quoi… Bref, je n’ai pas la lumière à tous les étages ( et ce n’est en rien une question d’écologie pardon ).

Non ce n’est rien, pas de panique, je gère. J’ai la paupière lourde, je tiens le bon bout ( je me demande quel bout je suis censée tenir pour faire baisser ma paupière… ). Espérons que je ne dorme pas que d’un oeil, mais bien sur mes deux oreilles. Ce qui est compliqué, remarque, quand on y pense. Non ?

Et en même temps, il en existe tellement des expressions sans queue ni tête, qu’il y a de quoi la perdre ( la tête, tu suis ? ).

Et là, je vais conclure car la deuxième ( paupière ) est en train de rattraper la première, je crois que j’ai réussi à faire diversion. Mon cerveau a rendu l’âme ! Pour ce soir j’entends ! Demain… advienne que pourra. Carpe diem. Amen.

 

Mardi tout doux #12

Aujourd’hui ma participation aux mardis tout doux de Maman@home va changer de d’habitude.

La semaine dernière je vous parlais de ma petite famille, aujourd’hui j’élargis à un autre membre en particulier : ma belle-soeur.

La chérie de mon frère.

On s’entend et se comprend tellement bien, qu’elle est devenue,  assez rapidement, une vraie Amie ( avec un grand A vous avez remarqué ? ).

Elle est gentille, rigolote, au moins aussi bavarde que moi ( géniaaaaaaal !!! ) attentive et attentionnée, détail révélateur, je lui laisse mes enfants sans souci, ce n’est pas rien !

Ils vivent en Normandie et sont descendus pour un weekend à rallonge, ils sont avec nous jusqu’à demain.

Et demain, c’est son anniversaire !

Alors évidemment, pour une fois qu’on est ensemble à cette date, il fallait faire quelque chose : ce soir c’est la fête !

Entre nous, puisque ses amis et sa famille ne sont pas ici, mais nous avons mis nos petits cerveaux en marche pour marquer le coup.

Je pense que ça ne sera pas ce à quoi elle s’attend, mais ça peut être marrant et les enfants sont très impatients !

Allez, je file, j’ai encore quelques courses et quelques préparatifs à faire ! Peut-être que je vous raconterai notre soirée…?

Bonne journée et joli mardi à vous !

Et comme je publie cet article d’aujourd’hui, demain, ça veut dire que c’est le jour J, vous suivez ?

Alors qu’est ce qu’on dit ???

On dit JOYEUX ANNIVERSAIIIIIIIIIIIIIIIRE LINDAAAAAAAAAAAAAAAAAA !! 🙂